>
Théâtre

Au bout du rouleau

Mise en scène : François Bourcier
De et par : Didier Landucci et Gérard Dubouche 

 

LE SPECTACLE

Un chômeur, victime de la mondialisation, prend en otage le leader mondial du papier toilette. Il veut rappeler à tous que les actes de consommation, même les plus insignifiants, ont des conséquences écologiques, économiques et humaines parfois insoupçonnées. Ce preneur d'otage débutant devra composer avec un homme froid et cynique qui fera tout pour contrarier ses plans. Coup de folie ou acte de résistance ? A travers cette comédie citoyenne, chacun d’entre nous sera libre d’apprécier qui du ravisseur ou de notre monde est réellement au bout du rouleau.

Il s'agit d'une pièce de théâtre engagée, originale et actuelle. A travers un face à face passionnant entre ces deux personnages que tout oppose, elle traite de façon drôle et émouvante des sujets d'actualité tels que la surconsommation, la décroissance, l'écologie, les dérives de la mondialisation, l'opposition sociale, l'engagement citoyen, et plus largement l'avenir de notre monde.

Les animations vidéo participent à l'esthétique du spectacle, la musique nous transporte et on se surprend à être piqué au vif par ce conte écologique et social teinté d'humour, qui s'avère bien plus grave qu'il n'y paraît.

 

LE MOT DU METTEUR EN SCENE

Nous vivons dans une société résolument tournée vers la consommation. Le pouvoir d’achat est devenu, pour beaucoup, synonyme de bonheur. Les politiques nous rabâchent que la relance de la croissance est notre seul salut. Les médias nous persuadent que l’avoir est plus important que l’être.
C’est à parti de ces constats qu’il nous est venue l’envie d’écrire ce spectacle citoyen. Pour traiter notre sujet, nous avons imaginé une comédie dramatique où s’affontent deux personnages opposés tant au niveau du statut social que sur le plan des valeurs. Si nous avons choisi de faire de l’un d’eux le leader mondial du papier toilette, c’est parce que, contre toute attente, ce produit dérisoire peut résumer à lui
seul les dérives de la mondialisation.
Le second personnage est un “monsieur tout le monde” qui, se sentant oppressé par le système, commet un acte désespéré. Il incarne toutes ces personnes «lambda» qu’une société en crise peut pousser au bord de la rupture.
Enfin, en faisant du papier toilette le symbole du consumérisme, c’est pour nous une façon originale et humoristique d’entrer en résonance avec des sujets essentiels. Avec ce spectacle, nous aimerions amener les spectateurs à s’interroger sur l’acte de consommatin, le sens des valeurs et sur leur rôle de citoyen. Quoiqu’il en soit, il y a fort à parier que ceux qui verront “Au bout du rouleau” n’utiiseront plus le papier toilette avec la même insouciance.

François Bourcier


"Entre situations burlesques et avec un sujet grave, il s’agit de l’avenir du monde [… ] Un face à face passionnant." La Provence

Photos
Extraits et bande annonce
Presse
Espace pro